Dispositifs de test sur les lieux de soin, un progrès médical et humain

Dispositifs de test sur les lieux de soin: pas uniquement pour la COVID !
Faites le point sur leurs applications et leurs retombées médicales, économiques et humaines.

Historique et remise en contexte des tests sur les lieux de soin

La pandémie a au moins eu le mérite de mettre l’emphase sur les dispositifs de test sur lieux de soin, «Point of Care» (PoC) en anglais. Les fameux tests COVID en sont en effet de parfaites illustrations.

Tests sur les lieux de soins (illustration)

Tout commence dans les années 70

Bien que nous ayons l’impression que l’émergence de ces dispositifs est récente, il faut savoir qu’au début des années 70, on pouvait bénéficier de l’arrivée de glucomètres de type DextrometerMD, qui reposaient déjà sur le principe de la microfluidique. Une seule goutte de sang était alors suffisante pour obtenir un résultat exact, et pour diminuer les files d’attente dans les laboratoires !

Entre les années 80 et les années 2000, ces dispositifs se sont multipliés, rendant faciles et intuitives les mesures de taux de cholestérol, le suivi des patients sous anticoagulant, la progression de différents paramètres vitaux…

Tout s’accélère depuis les années 2000

Aujourd’hui, les performances se perçoivent au niveau de la quantité de fluide nécessaire au test – plus faible que dans le passé – et par la transmission en temps réel des données. Un exemple? Les analyseurs de glucose implantés sous la peau, qui permettent de transmettre les taux de glucose à l’équipe soignante, et ce, de manière régulière par l’intermédiaire d’un téléphone intelligent.

Preuve de l’engouement pour ces dispositifs? Une étude du Data Bridge Market Research qui prédit que le marché des dispositifs de test en lieux de soin, estimé à 32,93 milliards de dollars en 2022, atteindra 73,19 milliards de dollars d’ici 2030. Soit un taux de croissance annuel moyen de 10,50 % au cours de la période de prévision. De quoi nous inspirer dans nos futurs développements !

L’effet COVID

Il y a bien eu un avant et un après COVID. Si les dispositifs de test sur les lieux de soin jouissaient d’une bonne réputation avant 2020, la COVID a généré une demande extraordinaire, les professionnels de la santé et les politiques exigeant des tests pouvant être utilisés à la fois dans les cabinets médicaux, les écoles, à la maison…

La problématique? Tester des milliers, voire des millions d’individus en un temps record, afin de maîtriser la propagation de l’infection. Une telle pression sur les laboratoires et les groupes de recherche a permis de placer ces dispositifs en tête des priorités, et donc de dédier les actions et les fonds de recherche à leur perfectionnement. En bout de ligne? L’obtention de tests abordables, performants, à diagnostic précoce, et un meilleur suivi des patients.

L’éventail de possibilités des dispositifs de test sur les lieux de soin

Leurs applications

Impossible de restreindre le champ d’applications de ces dispositifs aux seuls tests COVID, puisqu’ils peuvent répondre à une grande variété de mesures:

  • Dépistage des infections virales, comme la grippe, le streptocoque du groupe B, l’influenza, la mononucléose et différentes infections sexuellement transmissibles.
  • Mesure de la glycémie, essentielle dans la prise en charge du diabète et d’autres conditions médicales.
  • Tests d’urine, pour recueillir différents paramètres urinaires tels que le pH, les protéines, le glucose et les corps cétoniques.

Le point commun entre toutes? La possibilité de fournir un service réactif et par extension, un diagnostic et un traitement pour le patient, directement dans le lieu de soin.

Leurs avantages

Illustration Fonctions Laboratoire sur puce
Fonctions Laboratoire sur puce

En plus d’être rapides et de pouvoir être fonctionnels dans n’importe quel lieu, ces dispositifs:

  • Présentent un taux de spécificité proche de la perfection (99%), ce qui élimine les risques de faux négatif;
  • Aiguillent rapidement le personnel soignant vers la décision qui répond le mieux à la pathologie détectée;
  • Améliorent la prise en charge médicamenteuse des traitements urgents que nécessitent par exemple une glycémie importante, une urine dense, une consommation d’opiacée ou d’autres drogues…;
  • Diminuent le délai de toutes les étapes de diagnostic médical, de l’apparition des premiers symptômes à la prescription;
  • Allègent le flot de travail des laboratoires d’analyse;
  • Réduisent les coûts des systèmes de santé;
  • Renforcent la communication humaine. Que ce soit par des laboratoires moins surchargés ou par la possibilité de rester avec la personne pour lui donner le résultat de son test, on observe des échanges bonifiés entre patients et personnel médical. Et quoi de mieux que de pouvoir expliquer la signification du résultat du test en direct, que celui-ci soit positif ou négatif.

Et sur le plan médical :

  • Réduisent la résistance aux antibiotiques en identifiant précocement une pathologie bactérienne.
  • Réduisent les maladies cardiovasculaires par le facteur préventif.
  • Restreignent la propagation des maladies infectieuses.

Leurs limites

Plusieurs axes d’amélioration sont régulièrement montrés du doigt – notamment par l’Organisation mondiale pour la santé – afin de permettre un développement équitable des dispositifs de test sur les lieux de soin. On parle ici:

  • D’une utilisation à la fois fiable et simple pour favoriser l’utilisation à domicile;
  • D’un coût amoindri à des fins d’équités de diagnostic et de traitement, surtout dans un contexte pandémique;
  • D’une automatisation pour alléger les allers et retours en milieu hospitalier;
  • D’une lecture sécurisée avec un professionnel pour certains types de tests, pour en avoir une interprétation juste;
  • D’un usage clairement défini pour optimiser la qualité du test (surtout si celui-ci est réalisé à domicile).

Relever ces défis n’empêche pas les dispositifs de test en lieu de soin de continuer à faire l’objet d’un développement constant. Que ce soit le couplage à des appareils connectés, le gain en fiabilité, leur miniaturisation ou le diagnostic toujours plus poussé des maladies infectieuses, ils n’ont définitivement pas fini de faire parler d’eux.

Écrivez-nous!

Et mettons en commun vos aspirations et notre maîtrise. Vous verrez à quel point notre collaboration peut vous mener loin.